L’évolution de la procédure relative aux questions juridiques posées au Tribunal du droit de la mer, par la Commission Sous Régionale des Pêches

Le 28 août 2014, Dans Décryptage, Par Caludia Togbe

Le présent et bref commentaire est la preuve que mon article du 06 juillet 2012, sur la conception restrictive de la notion de « pirate » reste d’actualité. Les questions juridiques posées par l’organisation ouest africaine, apporteront sur plusieurs plans, des réponses déterminantes, en matière de droit de la mer et en particulier, en matière […]

Le présent et bref commentaire est la preuve que mon article du 06 juillet 2012, sur la conception restrictive de la notion de « pirate » reste d’actualité. Les questions juridiques posées par l’organisation ouest africaine, apporteront sur plusieurs plans, des réponses déterminantes, en matière de droit de la mer et en particulier, en matière de la responsabilité des Etats.
Les réponses du Tribunal international du droit de la mer, aux questions juridiques qui lui ont été posées par la Commission Sous Régionale des Pêches en mars 2013 sont attendues sur plusieurs points, en espérant que contrairement à la position de l’Union Européenne dans son premier exposé écrit, le Tribunal ne décide pas de ne pas y donner suite, en raison du « caractère trop large » des questions posées par la Commission.
Déjà, dans les exposés écrits de certains pays et d’organisations internationales comme l’Union Européenne, le constat est que plusieurs accords signés avec les pays africains sont loin d’être équitables pour ces derniers et encore moins, respectueux de l’environnement, ou même du droit international.
Un exemple simple de cet état de fait est qu’en cas de pêche abusive, l’Union Européenne ne sera manifestement pas responsable de la dégradation des ressources halieutiques du pays côtier concerné.
« Il faut souligner que les APP conclus par l’Union ne contiennent pas de dispositions spécifiques attribuant aux Etats du pavillon ou à l’Union la responsabilité des violations de la législation de l’Etat côtier par un navire de pêche de l’Union. Ils énoncent des droits et des obligations substantiels, ainsi que des procédures concernant l’accès à la pêche et le fonctionnement des activités de pêche » : paragraphe 89 de l’exposé écrit de l’Union européenne, relatif à l’avis consultatif adressé par la Commission Sous Régionale des Pêches en mars dernier, au Tribunal international du droit de la mer.
Autrement dit, l’Union européenne n’endosse aucune responsabilité lorsque l’un des navires battant son pavillon vient à être accusé de pêche illicite non déclarée !
« L’Union européenne est d’avis que lorsqu’une licence de pêche est délivrée à un navire dans le cadre d’un accord international, les obligations et les droits des Etats côtiers et de la partie contractante sont fonction de la teneur de l’accord. S’il n’y a pas de dispositions spécifiques concernant la responsabilité, les règles générales du droit international régissant en particulier la responsabilité pour ses navires assumée par un Etat du pavillon s’appliquent dans la ZEE d’un pays tiers » : paragraphe 92 de l’exposé écrit de l’Union européenne, relatif à l’avis consultatif adressé par la Commission Sous Régionale des Pêches en mars dernier, au Tribunal international du droit de la mer.
En clair, si aucune réclamation n’est faite par l’Etat côtier, ou par un autre Etat, suite à une pêche abusive de la part de navires battant pavillon d’un pays membre de l’Union européenne, cette pêche abusive peut continuer en toute impunité. Et même si l’un des Etats subissant la pêche illicite non déclarée par des navires de l’Union européenne venait à faire des réclamations, c’est l’accord qu’il aurait précédemment signé avec l’organisation, qui prévaudra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *